AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 MIA/ Jake White

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jake White
PNJ
avatar

Nom de code : ---

Avancement : 0 points
Accréditation : Aucune
Inventaire : Vide

Concentration : 0 points

Aptitudes : Perception : || Empathie : || Equilibre : || Combat au contact : || Combat à distance : || Commando : || Discrétion : || Système D : || Survie : || Conduite : || Communication : || Culture générale : || Occultisme :

Mission en cours : Aucune

Statistiques perso.
Points de folie:
3/10  (3/10)
Points de fatigue:
8/10  (8/10)
Points de vie:
10/10  (10/10)

MessageSujet: MIA/ Jake White   Mar 4 Mar 2008 - 12:20

Nom civil : Jake White

Age : 23 ans

Description Physique :
Jake est un albinos dans sa plus pure expression: teint plus blanc que pâle, tignasse fine et immaculée, regard rouge. Il assume sa différence, et s'amuse de l'étonnement qu'il provoque parfois.
Il l'assume, mais son uniformité le contrarie un peu, si bien qu'il se fait un devoir d'en faire un atout via des tenues vestimentaires contrastées. Il affectionne particulièrement le rouge, le blanc et le noir et son penchant pour l'excentricité peu faire de lui ce qu'on appelle un gothique. Il ne se définit pas comme tel (d'ailleurs il ne se définit pas lui-même, disant qu'il n'est pas le mieux placé pour ça) et ne cherche pas particulièrement à avoir un genre. En tant qu'artiste, il veille simplement à un certain esthétisme. Il est aussi capable d'avoir un look plus passe-partout, mais ce n'est pas ce qu'il préfère.
Quand le temps est particulièrement ensoleillé, il ne met pas un pied dehors sans lunettes de soleil. Pour bien faire il devrait mettre de l'écran total aussi, mais ce n'est pas vraiment sa tasse de thé. Alors plus simplement, il évite de s'exposer trop longtemps aux rayons solaires.
Il a beau avoir 23 ans, il n'en a pas l'air: il fait facilement 5 ans de moins. Son comportement n'est pas pour rectifier la méprise, mais j'y reviendrais. Jake se tient droit, semble hautain voire moqueur et un sourire narquois est souvent accroché à ses lèvres. Son visage pourtant lumineux (de par son regard très expressif) est souvent caché par ses cheveux raides et pendants.
Il ne porte pas de tatouage, pas de piercing, mais a un lot de cicatrices assez impressionnant dans le dos et sur les avant-bras.

Description Mentale :
Commençons par ce qu'il dégage. Au premier abord, Jake est un adulte resté un gamin, aussi bien de corps que d'esprit. Malgré une loyauté et un dévouement total envers toute forme de hiérarchie (morale et/ou professionnelle), il oscille entre une humilité parfaite et une effronterie sans borne. Quoi qu'il dise, il fera selon les ordres. Mais s'ils lui semblent illogiques, il agira à sa guise, toujours dans le dessein d'accomplir sa mission.
Il peut donc être agaçant, voire même exaspérant.

En réalité, Jake est froidement intelligent. Il a longtemps été analphabète mais la culture est devenue une passion même s’il n’aime pas particulièrement lire. Il a également un peu de mal à écrire, paradoxalement vu son talent de dessinateur: son écriture ressemble à celle d'un élève de cour préparatoire. Il n'a jamais été scolarisé, mais apprendre est une seconde nature. Il a donc une bonne culture générale même si certaines choses pourtant très simples peuvent parfois lui échapper. Sa mémoire ne lui fait jamais défaut, même s'il lui faut parfois un temps de réflexion…

Son aspect un peu hautain trouve son résonnement dans son caractère moqueur et parfois méprisant. Le respect est une notion assez vague pour lui, sauf en ce qui concerne le "Maître". Le "Maître" est un statut particulier que Jake attribue à la personne ayant le plus d'influence sur lui. A cette personne là, il ne témoigne que respect, dévotion, presque adulation. En raison de son passé, il ne peut pas ne pas avoir de "Maître", sans ça, il n'a pas de raison de vivre. Sa plus grande peur: être abandonné par ce "Maître" qui s'ignore souvent.

Pour finir, Jake est parfaitement impitoyable. Inutile d'espérer la moindre compassion de sa part. Non seulement impitoyable, il sait également être cruel et sadique. Masochiste, il a "préféré" le devenir par la force des choses et ça ne l'a jamais quitté, si bien qu'un léger vent de folie souffle dans son esprit, lui offrant des fous rires aux moments les plus inopportuns et une vision des choses un peu particulière.

Description de son talent compétences:
Jake est avant tout artiste. Il dessine, peint, modèle, photographie parfois. L'imaginaire morbide est son inspiration de prédilection mais les ciels bleus savent aussi trouver grâce à ses yeux.
En dehors des arts, Jake est un manipulateur qui manie aisément le mensonge et le jeu de rôle.

Activité - profession passée: Artiste peintre

Objets :
Jake n'est pas très matérialiste, mais on peut toujours trouver dans son sac de voyage:
- Un carnet de croquis et une boite de fusains
- Une boule de pâte à modeler sous vide (pour la conserver)
- Des sucreries diverses et variées
- Une paire de lunettes de soleil

Histoire :
Jake est né à New York, de père inconnu. Sa mère, une prostituée junkie, ne savait pas s'occuper de lui et ne pensa pas du tout à déclarer sa naissance. Peut-être était-elle elle-même une clandestine ? Elle lui donna un prénom, mais son patronyme passa à la trappe… La femme n'aimait pas cet enfant. Elle était profondément religieuse et les yeux rouges de son fils lui semblaient être ceux du diable. Elle ne le maltraita pas, mais le considéra toujours comme quantité négligeable.
Pendant six ans, il ne sortit pas de leur appartement. Pratiquement muet, il n'avait pas d'autre compagnie que sa mère et trouvait refuge dans le placard sous l'évier quand la solitude ou l'anxiété se faisaient trop pesants. Car Jake était un enfant stressé. L'imagination débordante et terriblement créatif, il n'avait pourtant aucun moyen à disposition pour s'épanouir. Frustré de "voir" des choses, de les imaginer plutôt, il passait ses journées à la fenêtre, regardant dehors sans même penser qu'il pourrait un jour lui aussi arpenter les rues librement.
Sa vie changea finalement, mais pas en bien malheureusement. Ayant besoin d'argent, sa mère n'hésita pas longtemps avant de le vendre au propriétaire d'un réseau de prostitution pédophile. La foi a ces limites quand l'estomac crie famine… Mais Jake ne fit jamais réellement partie du réseau: ce qui avait fait que sa propre mère ne l'aimait pas lui attira l'affection du propriétaire qui fit de lui son favori le soir même. Son favori d'abord, puis son animal de compagnie. L'homme s'imposa comme le premier "Maître" de Jake et exerça consciencieusement son influence sur l'albinos pendant une douzaine d'années. Le fait que le jeune n'ai pas d'existence légale fut bien commode pour lui.

Bien qu'il avait alors le statut – au choix – d'animal de compagnie ou d'esclave sexuel, Jake trouva très rapidement des avantages dans cette situation. Dans sa chambre se trouvait une télévision, avec le câble. Pour lui tenir compagnie avait dit le Maitre. Mais Jake se lassa vite des programmes pour enfants ou de variété et se consacra bientôt aux chaînes scientifiques et culturelles.
Sa soif de création s'émoussa à cette époque, mais elle fut remplacée par un désir satisfait d'apprendre. Ne sachant ni lire ni écrire, n'apprenant que via la télévision, Jake développa et garda un esprit critique et une excellente capacité d'analyse. Ajoutez à cela un esprit diablement provocateur.
Jake savait qu'il avait besoin du Maitre pour survivre mais il haïssait cet homme. Contrairement à la relation qu'il aura avec son second Maitre (j'y reviendrais), le jeune homme méprisait ce pervers imbu de lui-même et ne manquait pas une occasion de le faire tourner en bourrique au risque de recevoir une correction. De fugues en parties de cache-cache, il devint un virtuose de l'évasion. Mais pas une seule fois il ne prit la fuite dans la véritable intention de lui échapper.

C'est la raison pour laquelle il connu sa première crise de panique depuis longtemps (n'oublions pas leur première soirée ensemble…) lors d'une de ces fugues, quand il resta trois jours sans voir personne à sa suite. Pendant trois jours, il espéra se faire attraper, imaginant le pire des scénarios: le Maitre s'était lassé de lui et l'avait abandonné… Ce n'était pas le cas cependant et la correction exemplaire dont il écopa cette fois là ne fut rien à côté de la peur qu'il avait alors ressentie.
Refroidit dans sa fougue, Jake resta sage de longs mois après cet évènement. Mais une nouvelle fois sans lui demander son avis, le destin décida de tourner.
Le réseau de prostitution pédophile fut dénoncé et bientôt démantelé. Lors de la perquisition pour arrêter le chef du réseau – le Maitre – Jake fut découvert et placé dans un établissement de l'assistance publique le temps du procès.
Ce fut une dure période pour l'albinos, qui se retrouva sans "Maitre". Même s'il le haïssait, il avait tellement vécu sous sa coupe qu'il ne pouvait plus supporter de vivre seul. Syndrome de Stockholm en quelque sorte…
Il n'avait même plus le goût de la fugue et les psychologues diagnostiquèrent un léger autisme. En réalité non, Jake était simplement dans une période de transition compliquée.

Puisqu'il "n'existait" pas, on lui offrit une identité et il devint Jake White, alors âgé de dix-huit ans. Il reçu un beau pactole venant d'un des comptes en banque de son tortionnaire quand celui-ci fut finalement condamné à la perpétuité pour – entre autre – esclavage, acte de barbarie et prostitution de mineurs. Mais il n'était pas encore majeur et ne pu pas toucher l'argent avant trois ans et sa majorité légale.
Jake se comporta de sorte à ne plus avoir besoin d'assistance psychologique et enfin, la providence fit quelque chose de réellement bien pour lui. L'administration de son foyer d'accueil organisa une sortie au Muséum d'Histoire Naturelle. Il aurait pu en profiter pour tenter de s'enfuir mais ce n'était pas dans son programme: il n'appartenait plus au Maitre, mais au foyer maintenant. Il se devait de lui rester fidèle, même si ce n'était qu'une personne morale et non pas physique. A force de réflexion sur lui-même, Jake était arrivé à cette conclusion: il fallait qu'il sente qu'il appartenait à quelque chose ou quelqu'un, même si ce n'était pas strictement vrai. Ainsi, il trouva son second "Maitre". Et comme dit plus haut, il ne haïssait pas le foyer, ni son personnel, même s'il méprisait les autres pensionnaires. Pourquoi les mépriser ? Parce que Jake était comme ça, tout simplement. Mais son instinct animal lui a enseigné les signes de soumissions que connaissent même les plus grands fauves, et qui stoppent les affrontements avant tout incident regrettable…
Ce jour-là au Muséum, Jake resta en admiration devant les jeux de lumière sur le bronze de Christophe Colomb et aussitôt, son sens artistique enfouit depuis l'enfance lui revint. De retour dans sa chambre, il se munit de papier et de crayons et s'exerça frénétiquement…

Trois ans plus tard, il fêta sa majorité. Il reçu enfin une autorisation pour utiliser l'argent reçu et fut libre de quitter le foyer. Il le fit aussitôt !
Depuis la redécouverte de sa créativité, Jake n'avait pour ainsi dire pas lâché le pinceau. Il a un peu touché à tout, mais sa prédilection resta la peinture et quelques galeries lui ouvraient déjà leurs portes toutes grandes. S'il quitta le foyer sans remord, c'est parce qu'il s'était trouvé un idéal, une sorte de raison de vivre mystique qui se trouva être l'Art. Et cet idéal devint son troisième Maître.
Sous l'impulsion de ce Maître, Jake partit pour l'Europe et plus précisément pour Paris. Depuis trois ans, il avait apprit à lire et à écrire même si ses capacités en la matière étaient limitées. Il n'eut pourtant aucun mal à s'adapter à la vie parisienne et ne recula devant aucune occasion pour apprendre la langue orale. Si son orthographe en anglais était quasi parfaite, en français il a encore de grosses lacunes qu'il s'emploie à combler.

Mais après près de six mois, l'art ne su plus être un soutient suffisant… Jake se sentit incroyablement seul et il brava son semblant d'agoraphobie pour explorer seul et en pleine nuit des rues parisiennes. Car c'est la nuit que la lumière est la meilleure dit-il. Sa rétine étant plus photosensible que la moyenne, on peut le considérer comme nyctalope et les rues mal éclairées ne lui font pas peur. Jake n'a pas une notion de danger très développée et peut parfois faire preuve d'inconscience…
La solitude se faisant ressentir plus intensément, il lutta de toute son âme contre le laisser-aller de la dépression et se consacra entièrement à la peinture et à ses sorties nocturnes. C'est ainsi qu'un soir, il cru voir quelque chose… Peut-être l'imagina-t-il seulement, les ombres sachant prendre toute sorte de formes, mais cette chose permit à Jake de se secouer. Après avoir aperçu cette créature, il n'eut de cesse de la peindre pour essayer d'en retrouver l'aspect exact. Cette motivation lui permit de créer une vingtaine de tableaux, une collection qu'il décida, avec un peu de réticence, d'exposer dans une galerie d'art. Il n'était pas connu, du moins pas à Paris car à New York il avait déjà une petite renommée dans le milieu, mais il trouva assez facilement une galerie prête à lui consacrer une salle pour une quinzaine de tableau de cette collection.
S'il exposa malgré sa réticence, c'est parce qu'il était persuadé de ne pas avoir imaginé cette créature. Et si elle était bel et bien réelle, alors il n'était peut-être pas le seul à l'avoir vue. Il passa ses journées en bibliothèque, mais les recherches ne furent pas aisées et ses faiblesses en français écrit furent un obstacle de plus. Et lors des présentations au public, personne ne semblait intéressé par les tableaux de manière à suggérer qu'il connaisse également la créature…
Ce ne fut qu'à la fin de la première semaine d'exposition qu'il reçu une convocation qui lui sembla louche. Mais puisque cela semblait concerner l'étrange créature, il n'hésita pas une seconde avant de se rendre au rendez-vous…

*
* *


Dernière édition par Jake White le Mar 19 Mai 2009 - 14:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake White
PNJ
avatar

Nom de code : ---

Avancement : 0 points
Accréditation : Aucune
Inventaire : Vide

Concentration : 0 points

Aptitudes : Perception : || Empathie : || Equilibre : || Combat au contact : || Combat à distance : || Commando : || Discrétion : || Système D : || Survie : || Conduite : || Communication : || Culture générale : || Occultisme :

Mission en cours : Aucune

Statistiques perso.
Points de folie:
3/10  (3/10)
Points de fatigue:
8/10  (8/10)
Points de vie:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: MIA/ Jake White   Mar 4 Mar 2008 - 15:32

Aptitudes imposées :

- Perception : +2
Jake a une vue relativement bonne, surtout de nuit car il est nyctalope. De jour, elle n’a rien d’extraordinaire si ce n’est qu’il est très observateur et distingue particulièrement bien des différentes nuances de couleur.
Son ouïe n’a rien de remarquable mais c’est sans doute son instinct qui lui accorde cette bonne note. Il a pendant ses années de petite enfance longtemps été persuadé qu’il était un animal, ce qui en quelque sorte l’a poussé à agir comme tel.

- Empathie : +1
Encore une fois, son instinct joue un rôle naturellement important dont il n’a pas franchement conscience.

- Equilibre : -1
C’est un peu une question piège le concernant. N’ayant jamais reçu d’éducation « normale », sa conception des choses se situe au stade où ce qu’il voit est réel. Un éléphant rose le fera froncer des sourcils (« pas courant ») mais il ne se prendra pas la tête pour savoir si c’était une hallucination ou pas.
De la même manière, il peut mettre en doute ce qu’on lui raconte mais répondra le plus souvent par un « pourquoi pas » accompagné d’un haussement d’épaule.
Sauf cas extrême qui ne se présentera sans doute jamais, il garde facilement son sang froid tout en pouvant devenir un véritable râleur façon gamin capricieux.
Sa mauvaise note vient du fait qu’il n’est sans doute pas équilibré de la façon saine que l’on pourra attendre.

- Combat au contact : 0
Pour ce qui est de la maîtrise d’une quelconque technique de combat, la réalité serait plutôt de -1 mais son acharnement remonte la barre et lui accorde un 0 neutre. S’il faut parler technique cependant : autodéfense façon système D. Même s’il est petit et gringalet, Jake n’est pas de ceux qui subissent sans riposter. Portant souvent des semelles compensées, voire avec bouts renforcés, ses coups de pieds ont tendance, bien placés, à être efficaces.

- Combat à distance : +1
Grâce aux formations du Service uniquement, car avant son intégration il n’avait jamais manipulé d’arme dans le dessein de s’en servir. Sa bonne vue l’aide. Mais il reste réticent, il n’aime pas beaucoup les armes c’est pourquoi il ne fait pas de zèle et se limite aux armes de poing réglementaires des agents de classe II (et aux arbalètes nouvelle génération lol)

- Commando : 0
Jake n’est pas très physique, sa puissance musculaire laisse à désirer. Pour sa défense, il est rapide et relativement endurant. Sa vue et sa réactivité l’aident pas mal cependant il ne sais ni nager, ni vraiment grimper aux arbres, ni marcher la tête en bas, ni grimper à la corde, ect...

- Discrétion : -2
Avec son physique particulier, il ne se fond pas aussi bien dans la foule qu’un quidam lambda. Son look on ne peut plus excentrique et voyant ne peut que se faire remarquer, heureusement que le déguisement existe. Après, s’il s’agit de se fondre dans la faune d’une boite de nuit pleine de néons ou une boutique latex, on peut compter sur lui. Au Louvre, un peu moins...

- Système D : -1
Il est débrouillard mais finalement pas très manuel.

- Survie : En ville : +2 / En milieu « naturel » : -3
Il n’a pas de certificat ni de brevet de secouriste mais ayant eu un passé agité, il sait reproduire sur autrui les soins simples qu’il a reçu : désinfecter, bander une plaie voire placer une attelle et autre garrot. Avec un peu de chance, il saura même vous recoudre.
Il possède également un sens inné de l’orientation, bien utile pour se diriger dans un dédale de rues inconnues dans une ville tout aussi inconnue.
Mais ceci ne s’applique qu’en ville. A vrai dire, il n’a pratiquement jamais mis les pieds dans la nature si on exclu Central Park et autre du même genre. Citadin jusqu’au bout des ongles, il n’a même aucun intérêt pour le camping. Pour simple, il déteste carrément ça.

- Conduite : 0
Jake a passé le permis B aux Etat-Unis dès que les psychiatres ont déclaré qu’il y était apte. C'est-à-dire vers 20 ans. Il n’aime pas beaucoup conduire et s’il possède une petite voiture achetée neuve, il ne s’en sert pratiquement jamais.

- Communication : Baratin : +2 / Argumentation : +1 / Anglais : langue maternelle / Français : 0
Jake est un manipulateur par essence qui joue sur sa façon de présenter les choses plutôt sur sa capacité réelle à agir.

- Culture générale : +1
Jamais scolarisé, il a bénéficié de l’enseignement des chaînes câblées si bien qu’il possède des connaissances sur pas mal de sujets mais finalement sans aucun approfondissement. Son excellente mémoire peut le faire paraître plus cultivé qu’il ne l’est réellement et sa curiosité est quasiment sans limite.
Parallèlement, des « classiques » peuvent lui échapper étant donné qu’il a vécut pendant 18 ans « hors du monde ».

- Occultisme : 0
Certaines notions de connaissances acquises de la même manière que sa culture G et une façon d’appréhender les choses qui favorise sa bonne adaptation aux phénomènes anormaux.

Aptitudes libres :

- Arts : +3
Jake ne peint pas ce qu’il voit mais ce qu’il ressent. Qu’il s’agisse un modèle réel (mannequin, paysage, nature morte) ou imaginaire (rêve, fantasme, cauchemar) il peint avec ses tripes. Il a une très nette préférence pour le figuratif et le symbolisme, sa technique s’inspire de celle des peintres italiens de la Renaissance. Il a un véritable talent mais ce qui marque, ce n’est pas tant sa technique que ce que dégagent ses toiles.
A moindre mesure, il s’adonne aussi à la photographie, à la poterie et au modelage.

- Débauche : +2
Inutile de le suivre dans ses sorties nocturnes si vous n’avez pas l’intention de découvrir un autre monde. Il côtoie les clubs les plus underground de Paris vous savez, ces clubs où l’on n’entre qu’avec un habitué qui se porte garant... Ce qui se passe à l’intérieur de ces murs ne regarde que lui, il verrait d’un mauvais œil que cela intéresse le Service. De la même manière quand il invite des « amis » dans son loft à présent sécurisé.

- Evasion : +1
Prenez un bon sens de l’orientation, une volonté remarquable, des sens en alerte et une capacité à crocheter les verrous et vous obtiendrez celui que son maître qualifiait de Houdini. C’est un peu poussé, en fait la sécurité laissait simplement à désirer mais Jake en a gagné l’habitude de faire le tour de toutes les possibilités pour sortir d’un endroit visiblement clos ou se défaire de liens. Et parfois, il tombe sur la solution adaptée.


Dernière édition par Jake White le Mar 19 Mai 2009 - 14:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
MIA/ Jake White
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Young Haitian MD named White House fellow
» Can't Blame White People.
» Je souffre de bordelisme chronique et de flemingite aigue. [JAKE]
» Jake Aaron Buckley
» The white countess.~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Service des Affaires Occultes - S.A.O :: Hors Jeu :: Fiches de Personnages :: Agents du SAO-
Sauter vers: